Sélectionner une page
L’altruisme, stade suprême du capitalisme : chronique de Bruno Jacquot dans le Figaro

L’altruisme, stade suprême du capitalisme : chronique de Bruno Jacquot dans le Figaro

Le Figaro Économie, 20 janvier 2020, p. 32

L’altruisme, stade suprême du capitalisme

Isaac Getz et Laurent Marbacher ont identifié une « espèce nouvelle » d’entreprises qui se mettent en quatre pour tous leurs interlocuteurs.

Bruno Jacquot

MANAGEMENT 

Un établissement financier suédois, Handelsbanken ; un laboratoire pharmaceutique japonais, Eisai ; une ETI agroalimentaire française, LSDH… Des sociétés très différentes, mais qui ont un point commun. Chacune, à sa manière, est une « entreprise altruiste », selon le titre de l’ouvrage d’Isaac Getz et Laurent Marbacher. L’un est professeur à l’ESCP et auteur de L’Entreprise libérée (Fayard) ; l’autre, consultant en innovation sociale. Explorateurs du monde du management, ils ont découvert une « « espèce » nouvelle », qu’ils nomment donc « entreprise altruiste ».

Sa caractéristique ? S’attacher à se mettre « inconditionnellement » au service de ses interlocuteurs – clients, fournisseurs, prestataires… « Concrètement, écrivent Getz et Marbacher, ces entreprises altruistes montrent que les profits ne doivent pas être nécessairement la finalité de l’entreprise mais qu’ils peuvent en devenir la conséquence. » Il ne s’agit donc pas de classique philanthropie ou d’un respect scrupuleux d’obligations légales de RSE. Il s’agit d’inscrire la création de valeur sociale dans la stratégie même de l’entreprise, avec la conviction que les profits suivront, in fine.

Lire la suite

Le Monde écrit sur « L’entreprise altruiste »

Le Monde écrit sur « L’entreprise altruiste »

Comment lier entreprise et progrès social

Isaac Getz et Laurent Marbacher dans leur livre « L’Entreprise altruiste » illustrent, par des exemples tirés d’expériences à travers le monde, les entreprises qui tentent de concilier performance économique et finalité sociale.

Et si la performance économique n’était pas une finalité, mais une conséquence organique de la finalité sociale ? Et si cette finalité sociale au service de l’autre était poursuivie inconditionnellement à travers les activités de cœur de métier ? Et s’il fallait arrêter de viser la création de valeur économique ? Pendant cinq années, Isaac Getz et Laurent Marbacher sont partis à la recherche d’entreprises qui agissent avec un respect profond de leurs fournisseurs, de leurs clients, de leurs employés ou des territoires où elles opèrent.

Chemin faisant, le chercheur et professeur à l’ESCP Europe et l’innovateur social ont découvert une espèce nouvelle, qui donne son titre à leur ouvrage : L’entreprise altruiste.

Pour continuer à lire…

Réinventer le capitalisme / L’entreprise altruiste à la une de Challenges

Réinventer le capitalisme / L’entreprise altruiste à la une de Challenges

Dans son numéro daté du 4 Décembre, la revue Challenges consacre sa une au thème « Réinventer le capitalisme ». Aux côtés de J. Stiglitz, J. Rifkin ou N. Klein, notre livre « L’entreprise altruiste » y est présenté comme la contribution des acteurs de terrain.

Pour lire l’article…

Pour lire l’extrait sur l’enterprise altruiste

Pin It on Pinterest